• Obskure

Les sorties du mois d'Aout



Cristian Marras – Rave In Peace – Rebels Conspiracy (08.08.2019)

Le producteur est maintenant bien établi sur la scène berlinoise, ayant joué dans les club les plus

influents de la ville, et se place définitivement comme un artiste sur lequel il va falloir garder un

oeil attentif par la suite. Il présente ainsi une nouvelle sortie sur son propre label, dont le premier

VA présentait des artistes comme le résident de Jaded, Julez Wyl, et d’autres talents émergents

comme le duo wav_909 & 7th Raw, ou encore RVSSIA. Ce nouvel EP se pare de deux remix

maniés par des artistes excitants de la scène contemporaines, à savoir les fondateurs de Lebendig,

Inhalt Der Nacht et Echoes Of October, ainsi que le Schacke, qui se saisissent des morceaux originaux

pour en proposer une version qui leur est propre.

Rave In Peace donne un aperçu de l’univers du producteur, un morceau à l’énergie brute et assez

grunge qui vous irrigue dans un paysage sonore industriel, et l’atmosphère gagne en intensité

avec l’arrivée de la mélodie sombre qui émane des synthés. Hombret propose une ambiance très

différente, une mélodie apaisante rayonne par dessus un rythme breaké, et le morceau évolue

vers une rythmique plus régulière, un ensemble parfait pour accompagner les derniers jours de

l’été.

Inhalt der Nacht & Echoes Of October secouent R.I.P d’une énergie électrique. Le rythme

gagne en vitesse, les kicks se font plus lourds et profonds, et les synthés pleuvent comme des

lames de rasoir, nous plongeant dans une atmosphère très rave. Schacke, quant à lui, revisite

Hombret de manière plus Trance. On y retrouve la basse du morceau original, filtrée cette fois ci

et le synthé dans la reverb nous enveloppant d’une substance éthéré.



Klangkuenstler –Dunkle Illusion - Second State Audio ( 08-2019)

Le producteur allemand a été assez productif ces derniers mois. On se souvient notamment du

très excitant Balthazar sorti sur Outworld en Avril dernier, qui nous emportait, suivant une

fresque de 4 morceaux d’une tonalité presque épique, dans un voyage à travers un royaume

déchiré entre le Ciel et les Enfers, mais aussi du savamment acidulé Acid Hotline sorti sur Filth

On Acid en mai. Cette nouvelle sortie reprend des caractéristiques de ces productions précédentes

qui font de KlangKuenstler un artiste au style assez reconnaissable. On retrouve les kicks

très lourds sur Razor, qui entraînent le morceau de tout leur poids, nous emportant irrésistiblement

dans cette inertie desservie par un groove impeccable et assez sombre. On retrouve le penchant

du producteur pour l’acid sur Dunkle Illusion, le morceau qui donne son titre à l’EP, martelé

par la régularité des kicks et la puissance du synthé qui sonne comme une tempête en approche.

L’acid laser d’Alignment fuse dans le remix qu’il propose de ce morceau.



Sina – Until Debts Tears Us Apart – Subtyl (09.08.2019)

La précédente sortie du producteur remonte à février dernier, née de voyages, entre l’Iran et le

Liban, pour y rencontrer et travailler avec les scènes artistiques locales. Legalize Raving fût ainsi

le fruit d’échanges mais aussi de la confrontation vis-à-vis de la place de l’art, de sa perception,

et du poids de la censure qui contraint la volonté et le geste artistiques dans certains pays. Le cofondateur

du collectif Subtyl revient ainsi quelques mois plus tard avec un EP de trois titres qui

cette fois sent bon les 80’s, transportant dans la modernité les influences musicales et l’esprit de

cette époque, revendiquant fortement des inspirations EBM et new wave, ne serait-ce que dans le

clin d’oeil évocateur du titre qui détourne sur un mode plus cynique celui d’un morceau bien

connu de Joy Division...

Le voile sensuel de la décadence EBM entoure Free From Desire pour une entrée en matière assez

sombre et brutale. Accidentally Cool est un morceau EBM dystopique, mêlant l’énergie

froide du pas lourd et marqué martelé par drums, à une atmosphère teintée d’éléments futuristes.

L’ep se termine sur l’apaisant Debts Will Tear Us Apart ; les harmonies plaintives du chorus et

la légèreté de la mélodie des synthés enveloppent le morceau d’une insouciance joyeuse qui flirte

bien avec les influences new wave, soutenue par un beat très techno. Une jolie bo pour déambuler

la nuit entre les couleurs pop des néons d’une ville à moitié déserte.



Peryl – Rebellion - Lebendig (22.08.2019)

Le label de Inhalt Der Nacht et Echoes Of October accueille une nouvelle fois le prodige Peryl

pour un EP de 3 titres (plus un remix), qui procure comme une envie grisante de révolte.

L’introduction, une montée en tension de 6min30, Wires On Her Body est assez intrigante,

épousant une certaine sensualité. C’est une plongée dans un univers assez noise où la saturation

scintille et où les murmures envoûtants d’une voix féminine résonnent. La furie EBM annoncée

dans le titre du morceau ne se fait pas attendre longtemps, avec Molotov Brutality, portée par un

rythme à couper le souffle et l’explosion des synthés. Des sirènes et la confusion de cris résonnent

au loin, et un vocal d’outre tombe scande le titre sur fond de décor sonore de guerre civile.

Un morceau qui capture l’essence de la violence et démontre l’habileté du producteur à

nous plonger dans des ambiances à la brutalité percutante. Le vaporeux Against Your Oder offre

un bref moment de répit, car si le rythme galope toujours, on ne peut être que transporté par les

volutes de la mélodie. Le ciel s’obscurcit dès l’ouverture saturée du très hanté Protestaktion,

dont le synthé semble tout droit sorti des Enfers, morceau retravaillé par Niki Istrefi dans un remix

plus mental, qui nous captive et nous assaillit de ses harmonies crissantes.



Rosa Anschutz Rigid (Kobosil rmx) – R Label Group (30.08.2019)

Rigid est un morceau tiré de l’EP du même nom, sorti sur Quiet Love en mai. A travers ces 4

morceaux, Rosa Anschutz nous introduisait dans un univers intime et plein de sensibilité, jouant

sur des inspirations « post-techno/ post punk / noise / neo new wave/ art pop », toujours enveloppées

de douceur, tirant toute la substance de chaque sonorité. Dans ses compositions, elle utilise

sa voix comme un instrument à part entière, et c’est de cette puissance vocale dont Kobosil souligne

toute l’intensité dans un remix planant.



ANNA & Kittin – Forever Ravers – Kompakt (30.08.2019)

Voici une collaboration entre deux artistes de la sphère électronique, ANNA, qui n’en n’est pas à

sa première sortie sur Kompakt, et Kittin, grand prêtresse de l’électroclash, complice de The Hacker,

dj et productrice. Elles se réunissent pour donner une messe techno éclair en un morceau,

mêlant le timbre froid et synthétique de la voix de Kittin, reconnaissable entre toutes, à une production

explosive. Le bien nommé Forever Ravers, dont le remix d’Anna propose une version

plus mental et stratosphérique, sonne comme une ode à l’unité du dancefloor, et une célébration

de ces grands moments de fêtes libres et sauvages dans lesquelles nous aimons tant nous perdre.

« Dance until we die ».



Drums Theory – Strong Love – Etruria Beat (31.08.2019)

Drums Theory est un duo parisien composé de 2 artistes qui partagent le même amour de la musique

avec une approche rare et particulière. Les percussions et breaks de batterie fondent l’essence

de leurs tracks, un savant mélange entre des rythmiques imposantes et des envolées mélodiques

donnant naissance à une nouvelle forme de Techno. Ils signent ici une première sortie impressionnante

sur le label de Luca Agnelli (Etruria Beat). On commence avec le puissant Strong

Love, qui donne le ton : la rythmique est intéressante, composée d’un kick saturé étouffé et de

snare breaké, pour un rendu d’une clarté percutante. Une ligne synthétique gagne en puissance

pour laisser place à une acid plaintive. La pression remonte avec l’arrivée d’un deuxième synthé

(type supersaw) plus rythmique. C’est dans cette oscillation entre le souffle énergique des drums

et les éléments plus lancinants que réside justement tout le relief du morceau. L’atmosphère se

charge d’électricité avec Group Sex, un morceau acid qui nous plonge instantanément dans une

frénésie plus sombre, porté notamment par sa rythmique dans le delay. Les deux strates d’acides,

une plus classique, rapide et saturée, doublée d’une plus mélodique qui apporte un côté plus aérien,

enveloppent le morceau d’une réelle intensité. Le break met en avant l’attention toute particulière

accordée à la rythmique, mais laisse également toute la place au déploiement de l’acid,

véritable envolée mélodique accompagnée du tonnerre des drums avant le retombée fracassante

du drop. On enchaîne avec Last Paradise, la rythmique y est encore une fois d’une grande précision,

boostée par le dynamisme d’une ligne acid très rythmée, rejoint par une seconde plus onirique,

amenant dans un mouvement ascendant le morceau vers un passage très lumineux, bercé

par la beauté des harmonies. L’EP se termine sur le remix de Strong Love par Luca Agnelli. Il

reprends dans sa version la ligne acid plaintive du morceau original en y ajoutant un synthé massif

(un supersaw), le tout porté par une rythmique plus sec et moins saturée pour un résultat envoûtant.

About .

Sinners Magazine is an online editorial content dealing with European subcultures and the electronic music scene.
.

Sinners Magazine est un contenu éditorial en ligne traitant des sous-cultures européennes et de la scène musicale électronique.

Contact .
  • Facebook
  • YouTube
  • Instagram
  • Twitter

© 2020 all right reserved to

Sinners Magazine