• S

Les impacts de la culture Techno & Rave dans les sociétés

HISTOIRE - Depuis la nuit des temps la musique est un moyen indéniable pour rassembler les gens en dépassant les différences physiques, sociales ou économiques. Apparue dans les années 80 à Détroit, la musique Techno a su faire sa place au sein de la société. Comme d’autres styles de musique, elle peut être un moyen de socialisation et d’intégration. Pour comprendre son émergence, il faut voir le contexte esthétique et socio-musical du XXème siècle jusqu’à nos jours dans son ensemble.


Tout d’abord, cette musique est issue de la population Afro-américaine et homosexuelle qui est à l’époque marginalisée et trouve refuge dans les clubs où ce style trouve résonnance.

Le son Techno est urbain et industriel, à l’image des entreprises Motor présentes à Détroit qui ont vu leurs portes fermées dû à la crise. Cette musique répétitive est à l’image de l’âge d’or des années 70 où tout le monde avait un emploi, le bruit des entrepôts en pleine action et la ville en agitation. Fondé par Jeff Mills, Mike Banks, Robert Hood et Darwin Hall, le groupe Underground Resistance est né afin de défendre les droits des Afros-américains par la musique électronique dans cette ville encore soumis à cette époque aux répressions policières.


Cependant, la Techno s’exporte dans le monde entier, les clubs sont prisés mais subissent des lois draconiennes qui les obligent à fermer tôt. C’est de là que naît la rave, elle s’organise dans les entrepôts désaffectés, les prairies et les forêts. C’est à partir de 1991 qu’elle se développe en France sous forme clandestine.

La musique Techno a permis la reconquête des villes et le développement de nouvelles métropoles culturelles, musicales et festives.

Elle a aussi laissé place à une migrations festives et nomadisme Techno, les Technophiles n’hésitent pas à voyager pour assister à une soirée ou voir un artiste à l’étranger. Les compagnies low-cost favorisent ce déplacement grâce au faible prix des vols et ont créé ce que désigne Tobias Rapp dans le livre Lost and Sound la “Easyjetset” qui désigne les fêtards qui font la fête du vendredi soir au lundi matin dans une autre ville européenne comme Berlin.



La réunification de la RDA (Est) et de la RFA (Ouest) en 1989, s’est mise en place sur le dancefloor des nuits berlinoises. Les personnes de l’Ouest sont allées vers l’Est à la conquête de nouveaux lieux désaffectés pour les transformer en club ou autres lieux d’expérimentations de leurs libertés retrouvées. Ce qui poussent aussi à la démocratisation de la musique Techno grâce aux clubs et aussi à la Love Parade dont la première a eu lieu le 1 Juillet 1989 avec 150 personnes et 10 ans plus tard près de 800 000 personnes y étaient présents.

Aujourd’hui la musique Techno a toujours ces avantages pour la capitale allemande, en 2018 elle a rapporté 216 millions d’euros de chiffre d’affaire aux clubs et 1,4 milliards d’euros dans l’économie locale grâce aux touristes.



Dans d’autres pays les jeunes générations veulent avoir le même résultat, c’est le cas de la Géorgie qui a connu beaucoup de conflits avec l’URSS et qui cherche à s’occidentaliser. Le fait de se tourner vers l’Ouest révèle des conflits sociaux, politiques et économiques qu’elle doit régler. Prenons l’exemple de l’homophobie présente ou encore la diminution des peines liées à la drogue. Le club BASSIANI est un manifeste politique pour une vie occidentale.



Occupant le sous-sol du stade de foot national, il revendique les droits LGBT en offrant un safe place pour ces personnes marginalisées. Cependant, il y a un clivage traditionnel et religieux. Les plus âgées sont davantage conservateurs, les plus jeunes sont progressistes et veulent faire bouger les choses pendant que la religion occupe une grande place dans la société géorgienne.

Le 13 Mai 2018, le peuple est descendu dans les rues de Tbilissi pour protester devant le gouvernement suite à un raid musclé au club Bassiani. Cette manifestation sous forme de rave géante a pu créer une discussion sur ce que veulent les géorgiens et sur la vision de leur futur.


En Palestine, la plateforme musicale Boiler Room a organisé pour la première fois une édition à Ramallah avec des talents locaux. Cette action peut être traduite comme un événement historique mais aussi politique. La musique comme moyen de résister à l’occupation israélienne. La Dj Sama nous montre par sa Boiler Room que la scène Techno peut être un havre de paix le temps d’un moment pour se laisser entraîner par la musique, oublier ce conflit et aussi montrer une autre facette de la Palestine que les médias ne montrent pas - Les plus chanceux ont pu aller l’écouter lors de l'événement Budx à Montreuil au côté de Kevin Saunderson & Richie Hawtin le 24 avril - . Dans la section commentaires, les internautes publient des messages de paix et d’amour et qu’ils soient palestiniens ou israéliens, ils souhaitent un futur uni et sans conflit.



Espérons pour les années futures que la musique techno sera dédiabolisée et permettra à d’autres pays réprimés à suivre l’exemple de la Géorgie ou encore de l’Ukraine.

About .

Sinners Magazine is an online editorial content dealing with European subcultures and the electronic music scene.
.

Sinners Magazine est un contenu éditorial en ligne traitant des sous-cultures européennes et de la scène musicale électronique.

Contact .
  • Facebook
  • YouTube
  • Instagram
  • Twitter

© 2020 all right reserved to

Sinners Magazine